Pourquoi cette passion pour Paul et les Beatles ? Pour un garçon né en 1962, cela parait évident.

 

Pendant ma petite enfance, j’ai certainement été bercé par les adaptations françaises des chansons des Fab Four car mes parents n’étaient pas très portés sur la musique anglo-saxonne.

A l’adolescence, j’ai découvert les Wings avec l’album « At Speed Of Sound » et j’ai remonté le temps. Quel plaisir de découvrir les albums des Beatles et les premiers albums solos de Macca.

 

Je me souviens d’avoir fébrilement attendu l’album ‘London Town » en 1978. Et tous les autres par la suite. Même si j’écoutais beaucoup d’autres choses, dont certaines plus « heavy », je n’ai jamais renié ma passion pour mon Paulo.

 

Quand j’ai commencé à faire de la radio, j’ai fait partager ma passion aux auditeurs dans de longues spéciales. Le générique de mon émission « Rock Rendez-Vous » était Hey Hey de » Pipes Of Peace ».

 

En 1990, j’ai entrepris d’écrire une première biographie de McCartney car, même si cela semble incroyable, personne ne s’y était vraiment intéressé jusqu’alors. Le livre a été publié en 1993. Cette même année, j’ai pu parler à mon idole pendant la conférence de presse de Bercy. Et me retrouver juste derrière George Martin pendant le concert. Un grand moment.

 

En 2006, j’ai remis ça avec « Paul McCartney Morceaux Choisis », une synthèse des meilleures citations de l’artiste que j’ai édité moi-même. Quand on aime, on ne compte pas. Ce ne fut pas une entreprise très facile, mais cela reste une expérience très enrichissante. 

 

Depuis, je vois sir McCartney régulièrement. En concert, ou à Paris, quand il vient assister aux défilés de sa fille Stella. C’est souvent un peu mouvementé, mais c’est toujours un plaisir de lui faire un petit signe de la main (qu’il me rend souvent) ou (plus rare) de lui serrer la main ou d'obtenir un précieux autographe.

 

C’est sûrement cela être fan…

 

 Autographe de Paul pour Dominique (octobre 2011)